En route, en 5 étapes, pour le Chapitre ... des Sœurs de Sainte-Marie du 14 Août au 3 Septembre 2017


Un Chapitre, c'est quoi ? ...

images

Un Chapitre, c’est quoi ? …

Un chapitre, pour un livre, on connait …. Un chapitre de Chanoines, un peu moins peut-être ! … J’aime « avoir voix au chapitre » …

Mais un Chapitre Général de Congrégation ? …

Le Chapitre Général est « la première autorité interne de la Congrégation »

Il représente la Congrégation

Il est le signe de son unité dans la charité

Il se réunit tous les six ans.

Il est convoqué par la Supérieure Générale

 et est constitué de membres de droit, et de membres élus par toutes les sœurs.

« Se tenir dans une continuelle dépendance de l’Esprit Saint.

Etre attentives à reconnaître ce qu’il demande de nous »

Conseils Spirituels N°39

 Marie-Jo P

Les Sœurs de Sainte-Marie en France

En communautés de 3 – 4 sœurs, dans des petites villes et villages, elles essaient de «  vivre de l’évangile et pour l’évangile», dans la simplicité de vie et de relations avec leur entourage, désireuses de révéler l’amour de Dieu pour tous, surtout les plus fragiles.

A la Maison Mère, à Torfou, lieu des origines et lieu source,  lieu de vie d’une grande communauté de sœurs, lieu d’accueil, lieu de rassemblement  de la Fraternité Sainte-Marie.

 

Les Soeurs de Sainte-Marie en Afrique

Les sœurs de Sainte-Marie sont dans trois pays d’Afrique :  Burkina Faso (1957), Bénin (1984) et  Tchad (2000).

Dans chacun des pays, elles vivent dans des communautés liées la plupart du temps à des institutions où les sœurs annoncent l’Evangile à travers leurs activités apostoliques : éducation, soins des malades, pastorale, etc.

Aujourd’hui, la Congrégation compte dix-huit communautés au Burkina Faso, deux au Bénin et deux au Tchad.

Les chrétiens associés

Les Chrétiens Associés sont des femmes et des hommes, venant de divers horizons, voulant donner un autre sens à leur vie de tous les jours et qui sont attirés par la spiritualité et le charisme des Sœurs de Sainte-Marie de Torfou.

Ensemble, par des moments de rencontre, des temps de retraite, de sessions, nous cherchons à  marcher dans cette voie d’Évangile, chacun selon sa vocation propre, en nous « entre-tenant » mutuellement en Église au service de la mission.

HISTORIQUE

CHARISME

Charles Foyer, Fondateur

HISTORIQUE

En 1809, Charles Foyer est nommé curé de Torfou, petit bourg situé à la limite des trois départements : Maine-et-Loire, Vendée, Loire-Atlantique. Il arrive dans une contrée ravagée par la Révolution, dans une Eglise elle-même déchirée. Un désir l’habite, désir partagé par les jeunes filles du pays : « Faire quelque chose pour la Gloire de Dieu ». Ainsi naît en 1821 la Congrégation des Sœurs de Sainte-Marie pour « soigner les pauvres malades, élever chrétiennement les jeunes filles, et plus généralement s’adonner aux œuvres de charité et de miséricorde. » Très vite des communautés s’ouvrent dans les trois diocèses d’origine. A partir de 1864, les Sœurs sont envoyées dans d’autres diocèses  : Evreux, Amiens, Poitiers, Périgueux… En 1902-1904, au moment des lois interdisant l’enseignement aux instituts religieux, la Congrégation fait le choix de la sécularisation pour répondre à la population qui demande le maintien des écoles. Plus de 300 sœurs acceptent de se séculariser. En 1957, en réponse à un appel de l’Eglise universelle, la Congrégation envoie des sœurs en Haute-Volta, aujourd’hui le Burkina-Faso. Puis, au Bénin en 1984 et au Tchad en 2000. Le 8 mai 2012, les Sœurs de l’Union Saint François de Sales de Rodez se sont agrégées aux Sœurs de Sainte-Marie. Depuis 1999, des chrétiens se sont associés aux Sœurs de Sainte-Marie et vivent de leur expérience spirituelle. A ce jour, ils sont au nombre de 100.

CHARISME

« Les Sœurs de Sainte-Marie, issues d’un peuple et pour un peuple, sont appelées à vivre tout simplement de l’Evangile et pour l’Evangile, au rythme de l’Eglise, parmi le peuple chrétien, pour que l’amour de Dieu soit révélé à tout homme » (Livre de Vie). L’expérience spirituelle s’exprime en trois traits principaux :

* Vivre de la charité de Jésus-Christ dans sa vie agissante.

* Aimer et servir en Eglise.

* Cheminer avec Marie. Marcher avec elle sur un chemin de proximité et de simplicité, de discrétion et d’humble service.

Elles sont présentes en France, en Afrique depuis 1957 au Burkina Faso, Bénin et Tchad.
Depuis 1999, des laïcs associés s’engagent à vivre de l’expérience spirituelle et apostolique des Sœurs de Sainte-Marie.

Le fondateur

CHARLES FOYER, est né le 16 août 1771 à Beaupréau – Maine et Loire. Séminariste à Angers lorsque la révolution éclate. Il se rend à Paris pour être ordonné prêtre clandestinement le 28 septembre 1800.
Nommé curé à Torfou en 1809, il arrive dans une région dévastée par la révolution et découvre l’ignorance et la misère de tout un peuple dont il se sent proche. Un désir l’habite :
« Faire quelque chose de particulier pour la Gloire de Dieu » :
une réponse aux besoins urgents de la population : soin des malades, école, éducation chrétienne.
Un projet s’impose en lui progressivement : fonder une Congrégation religieuse. Des obstacles se manifestent de tous côtés, il les surmonte, soutenu par la famille de la Bretesche. Il remet son œuvre à la Vierge Marie. « Ma Bonne Mère, je vous confie tout notre avenir »
LA CONGREGATION DES SŒURS DE SAINTE-MARIE NAIT EN 1821
Pour l’enseignement, le catéchisme, le soin des malades.

Paroles

« Le Fils de Dieu nous dit dans son Evangile : je veux la miséricorde, misericordiam volo, mais la principale œuvre de miséricorde qu’il demande de nous, c’est d’allumer le feu de l’amour de Dieu dans nos cœurs … »

Extrait sermon « l’Amour de Dieu »

Charles Foyer

La reprise est faite pour beaucoup d’entre nous depuis plusieurs semaines déjà.
Au fil des jours, dans notre monde aimé par Dieu, nous partageons les tristesses et les joies des hommes et des femmes, proches ou lointains.
Chaque jour aussi, l’Eglise fête les saints qui nous entraînent à leur suite, pour :
Avancer au large, ancrés dans l’Espérance !
Mère Teresa, canonisée le 4 septembre 2016, a voulu « faire de sa vie quelque chose de beau pour Dieu ». À sa première profession religieuse, elle prit le nom de celle qu’elle avait choisie pour guide : « pas la grande sainte Thérèse, mais la petite… elle faisait des choses ordinaires avec un amour extraordinaire », disait-elle.
En ce début d’octobre entendons Sainte Thérèse de Lisieux :

« Je vous enseignerai comment vous devez naviguer
sur la mer orageuse du monde :
avec l’ABANDON
et l’amour d’un enfant qui sait que son père le chérit
et ne saurait le laisser seul à l’heure du danger ».

N’est-ce pas ce que le Père Foyer, que nous fêterons le 4 novembre prochain, nous
dit dans le Conseil spirituel n° 82 et ce que nous chantons au couplet deux du chant de Congrégation !

Belle année 2016-2017 à toutes et à tous !

Soeur Jacqueline, Supérieure Générale

Fraternité Sainte-Marie Torfou

error: Content is protected !! Contenu protégé !!